pocahontas-chefdelatribu-des powhatans-XVIIieme-EtatdeVirginiajpgPocahontas, chef de la tribu des Powhatans qui peuplait l'Etat de Virginie au XVIIième siècle

Virginia Beach 600 km au sud de New York. Des centaines de buildings se dressent à l’infini sur la mer. De gros cargos dessinent l’horizon. Verte, jaune, rouge, l’eau flasque et huileuse tente en vain de grignoter le béton pour rejoindre le lit de leur rivière en terre Appalaches à quelques centaines de kilomètres plus à l’ouest. Moi je préfère le grain blond, souriant et caressant de notre sable landais qui invite à la nudité... Ici le sable triste et moite colle.

Au début des années 60, Virginia Beach était le lieu branché des newyorkais qui venaient en masse découvrir les dernières nouveautés de la culture surf californienne. Sea Surf and Sun. Ce furent les débuts de la plus grande compétition festive de sports alternatifs de la côte est américaine. Aujourd’hui la plus ancienne. Le festival fut ici le lieu d’échanges de toutes les dernières trouvailles licites et illicites pour s’envoyer en l’air. 

Virginiabeach. Tout en fleurFlower Power - Samsung NX30

WargraffitiWar Graffiti - Samsung NX30

 Aujourd’hui les beatniks se sont coupés les ongles, ont gominé leurs cheveux, blanchi leurs dents et rangé aux placards fantaisie et facéties. Les fleurs de leurs vans ont fanées. Les Power Flower ont lâché leur minibus pour de rutilants 4X4 hauts sur pattes, troqués leurs guitares pour des armes aux poings. Fini, les danses démoniaques et transgéniques du feu sur la plage pour appeler les vagues et où s’arrachaient ivres des baisers salés. Aujourd’hui la flamme se consume dans ces nombreuses églises baptistes implantées en Virginie (l’origine de Virginia viendrait de la vierge Marie), et dont les nouveaux prophètes en slaps arpentent les plages en quête d’un surfeur repenti.

Ici ça ne rigole plus !!! Bien que le Texas soit souvent cité comme l’état où les condamnations à la peine de mort sont les plus nombreuses, la Virginie mériterait peut-être cette distinction car elle est l’Etat le plus efficace pour mettre à exécution les condamnations à mort.

PoliceGraffitiPolice Graffiti - Samsung NX30

J’aurais du me renseigner avant. J’aurais du savoir tout cela avant d’aller  me jeter dans ces eaux turpides agitées par des vagues minuscules.

Bienvenu à Virginia Beach. La ville de « surfeurs » la plus chère du monde. La moindre minuscule chambre dotée pour pisser d’un seul bidet, culmine à plus de 100 euros la nuit et par personne.

La chambre réservée sur le net m’est refusée à mon arrivée. Raison évoquée. Il faut avoir plus de 21 ans pour réserver une chambre. Je ne savais pas que l’âge légal pour réserver une chambre était le même que pour posséder une arme au poings. A 18 ans, tu as juste le droit d’avoir un fusil ou une carabine. Au passage il faut avoir 16 ans et 3 mois pour obtenir le permis de conduire mais plus de 21 ans pour louer leurs bolides.

Glaciale, l’hôtesse me récite le psaume du règlement. Pas un sourire, pas une once d’empathie pour un frenchy à l’agonie qui ne rêve que de se débarrasser de son bardât, de prendre une douche, et de partir en sommeil au paradis d’autres pays. A coté un type intervient dans notre conversation. Il donne sa carte de bleue à la "Connasse"(1) en s’engageant à rester avec moi  dans la chambre comme le règlement le prévoit. Le type disparaît sans avoir le temps de le remercier. C’est un surfeur !

Je ny comprends rienJe n'y comprends rien - Samsung NX30

 ClassiqueRutilant4X4dunauthentiquesurfeurRutilant 4X4 d'un authentique surfeurMutantMutant - Samsung NX 30

Je ne comprends rien à ce pays. La « beach culture » est tout un poème.

Ici des mecs en apnée, bombent le torse et rentre le ventre en sifflotant. J’ai bien essayé mais la technique n’est pas facile. Les rires sont à pleines dents. La musique des mots, lourde et superficielle, me rappelle aux pires pubs télé des années 70.

Bouées roses et dauphins gonflables s'agitent sur le calme de l’océan. Le show n’est pas dans l’eau mais sur la plage. Les corps figés par la silicone ont perdu tout leur groove.

Les voyeurs inondent la plage. Chacun veut voir sans être vu. Non !!! Plutôt être vu physiquement, socialement, sans que les regards se croisent. Le sexe n’est pas loin.

Le jeune prodige hawaiien Kalani David, champion de skate des Etats-Unis et  fabuleux surfeurs enchaîne des tricks époustouflants sur une immense rampe posée sur la plage devant un public d’amateurs tout à sa cause.  A coté de myself, des lunettes de soleil noirs obscures "Men in Black", piercing de taureau sur le pif, T shirt XXL, tronche de gangster latino sorti d’un film de Tarantino apprécie la farandole.

7h du mat. Pas un bulot à surfer. Portées par un léger vent en provenance du large, des millions de larves transparentes déferlent sur la côte. Agates bleutées, les bestioles s’accrochent puis se cramponnent avant de se faire les dents sur ma tendre peau.

Trempés dans le beurre fondu, les crabes bleus constituent un plat de fruits de mer particulièrement appréciés pour leur chair impériale. La voilà, la vengeance des femelles qui libèrent plus de 8 millions d’œufs dans leur vie !!!

Maman Blue crabMaman Blue Crabe

La sentence est terrible. ça démange ça gratte ça ronge, ça insupporte. Le cuir chevelu me brûle, ma peau est perforée. Je suis troué. A la sortie de l’eau les surfeurs gigotent pour se débarrasser de ces monstres infiltrés en douce dans la combinaison. 

Impossible de rester concentré sur la compétition à attendre les meilleures vagues.

Je réussis pourtant à gagner ma première série devant le meilleur junior australien Cooper Chapman. Trois pâtés landais sur deux bombinettes venues lécher une mini bulle de sable me lancent au paradis de Charly.

Longues et molles, ces micros vagues sont compliquées. Glisser sans bavure et sans frottement. Je colle un peu, je suis escargot. Les japonais s'en sortent encore une fois très bien, rapides, incisifs et précis. Mon placement est hésitant sur ma deuxième série. Je n’arrive pas à comprendre ce spot si sensible au vent et aux marées. Comme le pigeon d’une passe à dix, je cours après la balle de droite à gauche, du bord au large sans toucher une bille. Eliminé sans surfer. Enervé, je suis !

Je me gratte et ronchonne.

Paul-César


(1) « La Connasse » en référence à l’émission du Grand Journal sur Canal Plus

Paul-Cesar Distinguin

Pro surfer

"There was nowhere to go but everywhere, so just keep rolling under the stars" Jack Kerouac

 

CONTACTS


: Plage Nord - spot de la Gravière
Captcha
  Mail is not sent.   Your email has been sent.

Ne manquez pas les news de Paul-César Distinguin