Voilà quatre mois que nous sommes repartis sur la route. A l’heure qu’il est, je chasse des moustiques craquants, gourmands qui me harcèlent. La chaleur me ramollit les neurones pour ne filtrer que l’essentiel.

Des journées entières à me creuser le cerveau pour comprendre ces douloureuses équations… Etrange sensation d’une éponge gorgée d’eau à la place du cerveau. L’eau suinte le long de mes tempes pour s’éclater sur mes livres…

Du pacifique nord au Pacifique sud, on a suivi l’hiver en émigrant en Polynésie. Après notre séjour rugueux à Kauaii, quel plaisir de retrouver des gens souriants à l’eau !!!

On devrait rester dans les parages quelques temps. Mon père m’a inscrit au rectorat de Polynésie pour passer mon bac S au mois de juin. A peine arrivé, j’ai passé l’option surf dans de petites vagues sur le spot de « l’embouchure » à Papeno au nord de Tahiti ; J’espère récupérer les dix points maximum (seuls les points au dessus de la moyenne comptent). J’en aurai bien besoin car j’ai pris beaucoup de retard dans les matières scientifiques, en consacrant pas mal de temps à l’espagnol au Nicaragua et à l’anglais à Hawaii.

Le lycée de Taravao a accepté que je puisse des cours comme auditeur libre dans la seule classe de terminale S. Un super plan pour me faire des pôtes, des pôtines….et rattraper mon retard. Cela faisait deux ans que je ne m’étais pas assis au fond d’une classe. Drôle de sentiment. Les profs et les élèves sont très sympas. Marco o Micro a tourné un film bien sympa sur notre parcours ON THE ROAD et les difficultés à suivre les cours du CNED. Moins de sessions de surf et donc moins de vagues dans le cornet.

Quelques belles soirées, les pieds au frais dans le lagon et la tête dans les étoiles avec mes nouveaux amis. Pour le ukulélé et les danses tahitiennes on verra plus tard. Fini le temps de la rigolade.

balayagedembruns

                        Vairao en chaleur

Le feu n’a pas encore crépité à Teahupoo. Un joli swell, de 10 pieds et 15 secondes de période, a récemment chatouillé le ventre du monstre. Mark Healey, Kevin Johnson, Michel et Kevin Bourez, emballent la partie. Mateia Hiquily fracasse toujours autant. Kevin Johnson, affuté comme jamais, arrive toujours à se farcir les plus belles cavernes. Quand au gladiateur Spartacus Bourez, il nous régalé d’une leçon de tube-riding, le glaive planté dans la gorge profonde de Teahupoo. Raimana Van Bastolaer régule la circulation. A toi, et puis à toi, et puis encore à toi… Je suis comme un gland à courir après le ballon dans ce jeu de passe à dix plutôt inégal.

Juste quelques petites craquettes à me mettre sous la dent. Sourire. La vague est toujours aussi sublime.

D'excellentes vagues également du coté de Vairao. Mon père trop gourmand s’est fracassé sur le reef. Bilan, planche pétée en deux. Une boule de pétanque a poussé sur son épaule, un cochonnet au niveau de la mâchoire et une fracture de la 3ième côte. Quinze jours d'arrêt.

caresserlavaguecommeonenlèvelacrèmedesonchocolataulait

                        Quel bonheur !!!

On a trouvé une petite maison sobre et « cheap » le long de la petite route qui mène à la fameuse vague de Teahupoo qui marque la fin du monde. La vie est assez chère. Pas question de prendre des cours particuliers supplémentaires dont j’aurai bien besoin. Après avoir vendu les bijoux de familles (ils n’en avaient pas) et raclé les fonds de poche, on a arrêté le menu pour les prochains mois. Pates, riz et thon avec quelques bananes et autres exotismes.

Parfait, le bonheur est dans le pré…qui donne sur le lagon.

A bientôt On The Road

Paulc z’art 

Paul-Cesar Distinguin

Pro surfer

"There was nowhere to go but everywhere, so just keep rolling under the stars" Jack Kerouac

 

CONTACTS


: Plage Nord - spot de la Gravière
Captcha
  Mail is not sent.   Your email has been sent.

Ne manquez pas les news de Paul-César Distinguin