Surf on the road Paul-césarL’été passe trop vite à Hossegor. Juste le temps de me poser, de retrouver mes potes et mes spots avant de repartir à l’aventure avec mon dad préféré. Menu copieux cet été.

Training trois fois par semaine avec le poulet landais Mathias El Mallem de l’Hossegor Surf Club, couplé avec le training avec les Volcom Boys sous la critique aiguisée et l’œil tendre de Didier Piter, Pour le reste, deux heures par jour en compagnie d’Einstein, Newton et Mendelev pour des sessions un peu moins funs.

Enfin quelques sorties épiques aux fêtes de Soustons et mousseuses à Seignosse avec tout le gratin du surf landais. Seulement deux sorties sur des pro junior à me mettre sous la dent pour rester avec les potes et me situer. Pas très brillant. Le problème est que je suis plus focalisé à prendre la bombe et surfer à mon meilleur niveau que de gagner des séries. Je manque donc de fiabilité.

Surf Paul-César Hossegor

Si l’on regarde bien le circuit pro junior, il suffit d’assurer deux fois 6/10 par vague (total entre 12 et 14 pts) pour passer la grand majorité des tours et ensuite être capable de lever son niveau en demi-finale et en finale. Mon objectif n’était pas de réaliser des perf en compétition, mais ça fait toujours du bien de rentrer quelques victoires dans l’armoire.

Une des questions qui me turlupine est de savoir ou va le surf professionnel. D’un coté il y a le profil Médina décevant au Bells dont le surf m’a scotché sur le Lacanau pro (compétition du QS) et puis il y a eu cette incroyable compétition à Teahupoo dans des vagues monstrueuses. Bref, deux surfs s’opposent.

Dans un cas, la vague est au centre, il faut alors rester sur des vagues radicales et solides de challenge comme Pipe et Teahupoo qui exige des koukougnettes et des trajectoires millimétrées (où excelle entre autres Jérémy Florès) ; Dans l’autre cas, la manœuvre aérienne devient centrale. Le surf bascule dans le registre des acrobaties, dominées par les brésiliens qui ont notamment affichés leur suprématie lors de la finale du Cash For Tricks Nike à Anglet. : 6 brésiliens sur 8 qualifiés.

Donc si la majorité des compétitions du World Tour se jouent dans les petites vagues tremplins des grandes villes, les brésiliens pourraient rapidement dominer le circuit pro. Lorsque Adriano De Souza a pris cet été la tête du circuit pro, la polémique a enflé sur le choix des sites de compétition et les critères de jugement.

Un brésilien champion du monde Inconcevable ?…et pourquoi pas !!!

L’ASP n’a pas pris position en privilégiant tantôt un type de surf, tantôt l’autre et réajuste d’une année sur l’autre en fonction des critiques. Dans la même crêperie, il y a aussi la polémique relancée par Slater qui reproche à l’ASP de privilégier le surf dans les grandes villes comme Sydney, New York, San Francisco en négligeant la qualité des vagues. J’applaudis.

Paul-césar surf tahitiMais lorsque le même Kelly valide le surf dans les piscines à vague pour entrer aux jeux Olympique, je siffle… Au final, nous ont ne sait plus trop quelle direction prendre. Actuellement, tous les jeunes de mon âge jouent la carte Médina à tenter des airs azimutés en négligeant les carves et la vague. Pas un kid européen ne passe de beaux carves et on ne voit plus de roundhouse cut-back dans le creux. Mais rien ne dit que lorsqu’on voudra maitriser les carves, on ne passera pas plus de temps pour les maitriser, que pour faire des airs ; et rien ne dit que l’on sera capable de maîtriser les carves.

Moi, je pense qu’il faut arriver à construire son surf dans les deux registres et en même temps. Si on passe trop de temps à bosser essentiellement le carving surfing en négligeant les manœuvres innovantes, c’est difficile par la suite à développer ces techniques ; mais l’inverse est encore plus vrai. Si on est trop focalisé sur les manœuvres aériennes, on oublie la vague et ceux qui pensent qu’ils seront capables d’intégrer le carving surfing plus tard dans leur surf se trompent. Contrairement aux apparences surfer sur le rail est extrêmement exigeant au plan technique bien que cela paraisse plus facile et moins spectaculaire.

Le carving surfing est la base du surf, et ceux qui négligent leurs fondamentaux en pensant uniquement à s’envoyer en l’air en est qui sont actuellement récompensés sur les compétitions pros par des très hauts scores pourraient déchanter rapidement sur le CT surtout si l’ASP choisit des spots de diamant pour ses compétition.

Voici quelques vaguelettes landaises de l'été

A bientôt On the Road

Paul-Cesar Distinguin

Pro surfer

"There was nowhere to go but everywhere, so just keep rolling under the stars" Jack Kerouac

 

CONTACTS


: Plage Nord - spot de la Gravière
Captcha
  Mail is not sent.   Your email has been sent.

Ne manquez pas les news de Paul-César Distinguin