Victoria, super vagues, super couleurs. « On s’ pèle pas mal dans le van de location ». Ces jours derniers, la température frisait les 5°. On se réchauffe les doigts au grille-pain.

Je pensais que la finale allait se dérouler devant un public surchauffé avec signature d'autographe, des petites qui sautent partout et un carnet de rendez-vous à remplir. La page est restée blanche.

La finale du Gromsearch s'est plutôt déroulée discrètement à l'ombre des stars...et pourquoi pas. La compétition s'est achevée dans des vagues minuscules et trop rares sur la partie haute de ce fameux spot du Bells que les locaux nomment Rincon. J'aurai préféré que l'histoire se joue dans des conditions solides du lendemain, mais les organisateurs souhaitaient préserver ce swell pour les surfeurs du World Tour.

J'ai un peu les nerfs d'avoir été battu par le brésilien « backfoot » Deivid Silva qui était largement à ma portée (actuellement 2ième du circuit pro junior brésilien), mais Neptune en avait décidé autrement en lui offrant sur un plateau les deux plus belles vagues de la série.

Photo : Check vidéo pour vite m'ajuster au tour suivant

Le fier Mitch Parkinson remporte le titre à la maison. Le neveu de Parko, star en son pays, a démontré de super qualités avec une belle combinaison de manœuvres innovantes. Il avait quand même l'avantage de surfer de face dans ces vagues. J'ai par contre décapsulé - Jeren Kiring, le fluet Indonésien surnommé Gang Bang, un peu perdu avec ses slaps dans le froid du Victoria ; écarté Colin Moran un trop stylé américain de Newport qui manque de « drive » et Ben Poulter le poids lourd néo-zélandais (qui a terminé 6ième aux derniers championnats du monde ISA des moins de 16 ans).

La concurrence était un peu bizarre. J'ai manqué un peu de rythme (pas assez de compétition) dans ces petites conditions et il m'a fallu à chaque série pas mal de temps pour choper une bonne vague. Je suis passé de la 5'11’’ à la 5'6’’ entre deux séries. Je crois qu'il m'aurait fallu une planche plus large sur l'arrière avec un « outline » moins marqué pour aller plus vite à la sortie des virages.

Photo : podium groms

Sans chercher comparaison, j'obtiens cependant la même place que Kolohe Andino l'année dernière. Après cette épopée, j'ai enquillé sessions après sessions à Winkipop juste à coté du Bells et passé le reste du temps à pister mes surfeurs favoris. Parko et Fanning, sublimes. Pas de bon feeling avec l'océan pour Slater. Certainement pas la bonne planche. Un incroyable « alley-oop » lors de l'expression session et un « float-air » lunaire à Winkipop. Owen Wright sera champion du monde. Jérémy Florès a fait une excellente série au premier tour et passe à coté de son second tour. Solide Tiago Pires, fidèle à lui-même. Un Julian Wilson un peu décevant mais attention à Alejo Muniz impressionnant.

Photo Séquence backside

Paul-Cesar Distinguin

Pro surfer

"There was nowhere to go but everywhere, so just keep rolling under the stars" Jack Kerouac

 

CONTACTS


: Plage Nord - spot de la Gravière
Captcha
  Mail is not sent.   Your email has been sent.

Ne manquez pas les news de Paul-César Distinguin